Les coups de chapeau de l'Institut

Après 20 ans de recherches et d’études sur le langage, il est un privilège, celui de s'exclamer "Bravo !". Les initiatives que nous saluons ici ne sont pas le fruit du travail de l'Institut de la qualité de l'expression. Elles ont été repérées par nos équipes, promeneurs du web, l'œil et le clic aux aguets.


Société Générale vs Jérôme Kerviel

De la fausse bonne idée de produit, tels les lunettes Google Glass, aux flops à l’export résultant d’une incompréhension culturelle de Renault ou Coca-Cola, Christine Kerdellant raconte et décrypte dans son livre Ils se croyaient les meilleurs – Histoire des grandes erreurs de management (éditions Denoël), les innombrables ratés d’hommes et de femmes, souvent remarquables, mais trop certains de leur suprématie intellectuelle au point qu'ils en arrivent à mettre en péril leur entreprise.

Particulièrement documenté, le cas de la Société Générale durant l’affaire Kerviel illustre à merveille le péché d’orgueil d’une certaine élite, habitée du « sentiment d’être au-dessus de la mêlée, plus habile ou plus malin que les autres ». Des managers qui ferment les yeux sur les agissements de subordonnés tant qu’ils gagnent de l’argent, pour mieux les punir le jour où ils sont pris, tout en s’exonérant de leurs propres responsabilités.

La directrice de la rédaction de L’Usine Nouvelle explique que le management par la confiance, mis en cause dans cette affaire, n’est pas responsable des dérives du secteur financier. Elle rappelle ses impératifs :

« Et puis les mots sont discrets, ils occupent très peu de place dans le dico, trois ou quatre lignes, pas plus. Même orgueil et vanité ne s’étalent pas. Dictateur, despote, tyran ont dû se plier, eux aussi, au calibrage. Anar, anarchie, anarchie, anarchique, anarchisant, anarchisme, anarchiste ont dû se résoudre à être rangés, bien en ordre, disciplinés, les uns à la suite des autres. »

« Le management par la confiance suppose de respecter cinq règles : proximité entre salarié et hiérarchie ; responsabilisation ; autonomisation ; contrôle adapté ; analyse collective des performances. »

Comme disait Lénine : « La confiance n’exclut pas le contrôle ».

Les fautes de management de BNP Parisbas, les arnaques de Madoff, la crise de la tulipe au XVIIe siècle, la mégalomanie de J6M alias Jean-Marie Messier à Vivendi, les émoluments de Carlos Ghosn, Didier Lombard et la "mode" des suicides.

...Toutes ces affaires et bien d'autres sont à (re)découvrir dans ce futur classique, à connaître et faire connaître.

Tags : Christine Kerdellant, management, dirigeants, entreprise, Denoël


Au secours, les mots m'ont mangé

L’appel au secours de Bernard Pivot est une déclaration d’amour à la langue française et plus particulièrement aux mots qui la composent. Dans son dernier ouvrage, Au secours ! Les mots m’ont mangé (Allary Editions), il signe un essai plein d’humour où les mots sont les héros.

Il joue avec leurs sens et apprécie leur esthétique. Candidat malheureux à la rédaction des grands dictionnaires de notre langue, il aurait aimé modifier l’orthographe des noms d’animaux pour qu'ils illustrent la morphologie de l’animal. Si le h de rhinocéros traduit ses cornes menaçantes, l’hippopotame serait plus assuré et moins maladroit avec quatre p et l’éléphant gagnerait en majesté en commençant par un h.

Les dictionnaires furent ses plus fidèles compagnons :

« Et puis les mots sont discrets, ils occupent très peu de place dans le dico, trois ou quatre lignes, pas plus. Même orgueil et vanité ne s’étalent pas. Dictateur, despote, tyran ont dû se plier, eux aussi, au calibrage. Anar, anarchie, anarchie, anarchique, anarchisant, anarchisme, anarchiste ont dû se résoudre à être rangés, bien en ordre, disciplinés, les uns à la suite des autres. »

Le président de l’académie Goncourt parle de sa vie, mais ne signe pas une autobiographie. Tenté par l’exercice, il raconte avoir abandonné à cause de la purée de Joël Robuchon, bien meilleure que celle de sa mère qui illumine les souvenirs de son enfance.

Compagnon des mots, il concède qu’ils exercent une tyrannie sur les écrivains interdits de banalités.

Tags : Bernard Pivot, mots, littérature


Carrefour Inside

Quel exercice plus stratégique et périlleux que la rédaction du rapport annuel ? Distingué au Top/Com Grands Prix Corporate Business 2016, celui de Carrefour a retenu notre attention.

En 2000, interviewée par Régis Debray, Jeanne Bordeau prononçait une phrase culte : « le savoir dire vient de l’intérieur ». Et bien c’est exactement cela qu’illustre le travail du géant de la distribution.

On le sait, le verbe, c’est le moteur de la phrase. Quoi de mieux, en effet, que des verbes pour raconter son savoir-faire et ses innovations ? Sélectionner, acheter, stocker, acheminer, mettre en rayon, tracer, garantir, accueillir, conseiller, fidéliser, former…

Verbes d’action, verbes de relation, vocabulaire métier : tout est là. Et nos équipes du Language Lab disent bravo !

Tags : Langage, design verbal, carrefour, communication


Page précédentePage suivante